imprimer (nouvelle fenêtre)

Nicolas-Henri Jardin (1720-1799)

kjljk

Extrait d’un mémoire mentionnant des travaux à l’hôpital de Lagny, exécutés « sous les ordres du plan, donné par monsieur Jardin, architecte ordinaire du roi […] dans le courant de l’année 1776, 1777 et 1778 »

(AD 77, 38 Hdt E19)


Le personnage

Nicolas-Henri Jardin se forme à l’Académie royale d’Architecture de Paris, où il obtient le Prix de Rome en 1741.

Devenu architecte, il est appelé en 1755 par Frédéric V, roi du Danemark, à poursuivre les travaux de l’église royale de la capitale.

Nommé intendant des bâtiments du roi, il introduit le courant néo-classique à travers ses nombreuses réalisations à Copenhague (caserne de Sølvgade, salle à manger et volière du parc du palais de Christian VII, palais jaune), à Gentofte (palais de Bernshorff), à Elseneur (château de Marienlyst) et à Fredensborg (jardin). Il remanie en particulier profondément le palais Thott, actuelle ambassade de France.

Ces œuvres et son enseignement à l’Académie royale des Beaux-Arts de Copenhague auront une grande influence sur une nouvelle génération d’architectes, notamment sur Caspar Frederik Harsdorff (1735-1799), premier architecte danois de la fin du XVIIIe siècle, qui fut son élève.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Nicolas-Henri Jardin est né le 22 mars 1720 à Saint-Germain des Noyers en Seine-et-Marne. Après son séjour au Danemark, il réalise des plans pour des travaux à l’hôpital de Lagny-sur-Marne vers 1776.

Bibliographie

  • Ambassades de France, Tome 2. Les trésors du patrimoine diplomatique , Paris : Perrin, 2003.