imprimer (nouvelle fenêtre)

Les sabotages en Seine-et-Marne durant la Seconde Guerre mondiale

Dès l'année 1940, les archives relatent des faits de résistance qui prennent différentes formes, de la plus anodine à la plus sérieuse. Sans se concerter, les réfractaires vont opérer de nombreuses actions destinées à bousculer l'occupant.

Les sabotages réalisés durant l'année 1944 en Seine-et-Marne

Les tableaux et listes ci-dessous ne sont pas exhaustifs. Ils ont été établis par les Archives départementales de Seine-et-Marne, le Comité départemental d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, Claude Cherrier et René Roy. 

Sabotages réalisés du 1er janvier au 5 juin 1944 en Seine-et-Marne :


Incendie de récoltes
S. Fer
S. Usines
S. Télécom
S. Lignes éclectriques
Vols : titres d'alimentation
Vols : tabac
Vols : contre des individus
Attentats
Destruction de matériel militaire
NORD
10
6

5

11
8
7
10
2
SUD
36
5
4
2
1
11
17
16
15
4
TOTAL 46
11
4
7
1
22
25
23
25
6


Sabotages réalisés à partir du 6 juin 1944 en Seine-et-Marne :

Sources : Archives nationales, 171Mi95
Sabotages 6 au 10 juin 1944
11 au 20 juin 1944
21 au 31 juin 1944
14-15 juillet 1944
16 au 31 juillet 1944
TOTAL
Plan vert : voies ferrées
16 7 6
18
7
54
Plan violet : lignes téléphoniques
9
6
5
8
1
29
Plan vleu : lignes électriques
2


1
1
4
Plan rouge : embuscades, attaques
2
4
2
8
5
21
Eclises et voies navigables
2
1
1
8
10
22
Parachutages réussis
3
4
12
22
16
57


Les différentes formes de sabotages

Sabotages Fer (voies ferrées, trains, signaux)

  • La gare de triage de Vaires fait l’objet de nombreux sabotages dès 1941 jusqu’en 1944.
  • La ligne Paris-Sézanne est minée au niveau du « Moulin-au-Pont » à Saint-Siméon en avril 1944.
  • Sabotage de la ligne Paris-Soisson à trois reprises en juin 1944.
  • Sabotage des voies ferrées au Mesnil-Amelot en juin 1944.
  • Déraillement d’un train chargé de tanks et de matériel de guerre près de Saint-Martin-des-Champs le 11 juin 1944.
  • La ligne de chemin de fer Paris-Vitry-le-François est sabotée en juillet 1944.
  • Des explosifs sont posés sur la ligne Paris-Sézanne et un train allemand déraille à Saint-Siméon le 22 août 1944.
  • Un train allemand est délesté de son chargement en gare de Mortcerf en août 1944.
Sabotages télécommunication :
  • Le câble de télécommunication Paris-Strasbourg est coupé en février 1944 près de La Ferté-sous-Jouarre.
  • Lignes téléphoniques sabotées à Crécy-en-Brie le 7 avril 1944.
  • Lignes téléphoniques sabotées à La Ferté-sous-Jouarre le 4 juillet 1944.
  • Lignes téléphoniques sabotées à Pomponne le 8 juillet 1944.
  • Lignes téléphoniques sabotées à Meaux en août 1944.
  • Lignes téléphoniques sabotées à Coulommiers les 7 et 8 août 1944.
  • Lignes téléphoniques sabotées à Torcy les 12, 14 et 15 août 1944.
  • Le câble de télécommunication Paris-Strasbourg est coupé en février 1944 près de La Ferté-sous-Jouarre.
Sabotages haute tension (lignes, pylones) :
  • Lignes électriques sabotées à Lagny le 6 juin 1944.
  • Lignes électriques sabotées à Villevaudé le 7 juin 1944.
  • Lignes électriques sabotées à Le Pin le 13 juillet 1944.
  • Lignes électriques sabotées à Othis le 18 juillet 1944.
Sabotages canaux, écluses :
  • Coutaron le 7 mai 1944.
  • Chalifert les 17 et 20 juillet 1944.
  • Le pont de Condé-Sainte-Libiaire est saboté le 20 juillet 1944 puis mis hors d’usage le 20 août 1944.
Autres actions (sabotages d’usines, vols d’armes…) :
  • Sabotage à l’usine à Noisiel le 15 avril 1944.
  • Bac d’alcool détruit à Lissy le 9 février 1944.
  • Vol de 1800 détonateurs et de 80 mètres de mèche lente aux glaisières à Longueville les 23 et 24 mai 1944.
  • Destructions de bombardiers Dornier au sol à Villaroche en juin 1944.
Attentats contre des personnes (militaires allemands, collaborateur) :
  • L’agent allemand Sutter est abattu à Lagny le 11 février 1944.
  • Michel Dimanche (Directeur de la main d’œuvre) est abattu le 26 février 1944.
:: : : :

Documents références


  • Direction des Archives et du Patrimoine. Service éducatif et culturel, 39-45, C’était comment la guerre ? , Melun : Conseil général de Seine-et-Marne, 2005 (Mémoire & Documents de Seine-et-Marne).
  • CHERRIER Claude, ROY René, La Résistance en Seine-et-Marne (1939-1945), Presses du village, Etrépilly, 2002, 312 pages.
    Cote : 8°5846
  • Rapport sur l’état d’esprit de la population, les relations avec les autorités d’occupation et les faits de guerre dans le département
    Cotes : SC26489, SC26490, SC26491