imprimer (nouvelle fenêtre)

Jean Renoir (1894-1979)

Vue de la rue Murger où Jean Renoir possède la villa Saint-El (à gauche) de 1922 à 1940. Carte postale de Bourron-Marlotte, XXe siècle.  (AD77, 2FI10121)

Vue de la rue Murger où Jean Renoir possède la villa Saint-El (à gauche) de 1922 à 1940. Carte postale de Bourron-Marlotte, XXe siècle. (AD77, 2FI10121)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le personnage

Jean Renoir est un cinéaste français. Né à Paris, il est le fils du peintre Auguste Renoir (1841-1919). Ses frères sont l’acteur Pierre Renoir (1885-1952) et le céramiste Claude Renoir (1901-1969). Attiré par l’art dès son plus jeune âge, il se tourne d’abord vers la céramique avant de découvrir le cinéma. Il commence par écrire des scénarios, notamment Catherine – film réalisé par Albert Dieudonné (1889-1976) en 1924 – pour son épouse, Catherine Hessling (1900-1979).

En 1924, il se lance dans la réalisation et crée son premier film, La Fille de l’eau. À ses débuts, il collabore souvent avec l’acteur Michel Simon (1895-1975), notamment pour La Chienne (1931) ou Boudu sauvé des eaux (1932). Toutefois, ses longs-métrages emblématiques sont La Grande Illusion (1937) et La Règle du jeu (1939).

En 1940, la seconde guerre mondiale le pousse à s’exiler aux États-Unis. Il y travaille pour la Twentieth Century Fox et réalise plusieurs films qui connaissent peu de succès. En 1950, il part en Inde pour tourner Le Fleuve, un tournant dans sa carrière. Il réalise des films célébrés par la critique, comme Le Déjeuner sur l'herbe en 1959, et se met à écrire des romans et des pièces de théâtre. En 1975, il reçoit un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Quatre ans plus tard, il meurt à Beverly Hills.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Jean Renoir découvre la Seine-et-Marne par le biais de son père, qui séjourne et peint régulièrement à Bourron-Marlotte entre 1864 et 1871. En 1922, Jean Renoir achète une maison dans ce même village, la villa Saint-El (située actuellement au 42 rue Murger). Il s’y installe pour pratiquer la céramique et dote la propriété d’un four à céramique (détruit vers 1934-1935). Il y travaille notamment avec le céramiste Louis Baude (1891-1970). En 1924, il acquiert la maison et les ateliers de céramique d’Alphonse Petit (1862-1927) à Montigny-sur-Loing (situés à l’angle des actuelles rue du Point de vue et rue du Loing), qu’il revend à Louis Baude en 1926.

Devenu cinéaste, Jean Renoir utilise la villa Saint-El et ses environs comme décor, notamment dans La fille de l’eau en 1924. Dix ans plus tard, il tourne Une partie de campagne (1934-1946) sur les rives du Loing. En 1940, il part vivre aux États-Unis et vend la villa. Le 27 juin 1992, une plaque commémorative à Jean Renoir est apposée à l’entrée de cette dernière.

Bibliographie

  • DOIGNON (Pierre), FROMENT (Henri), « Enquête sur les films tournés à Bourron-Marlotte et aux environs », dans Bulletin semestriel des Amis de Bourron-Marlotte, n°28 à 31, 1991-1991.
    Cote : REV1054
  • FROMENT (Henri), « Souvenirs : Jean Renoir à Marlotte », dans Bulletin semestriel des Amis de Bourron-Marlotte, n°6, 1979, p. 11-14.
    Cote : REV1054
  • KERMABON (Jacques), Parcours du cinéma en Ile-de-France, Paris : Éditions Textuel, 1995.
    Cote : AD77, 4[2232
  • LALANCE (Marie-Claude), « La famille Renoir », dans Bulletin semestriel des Amis de Bourron-Marlotte, n°35, 1995, p. 4-11.
    Cote : REV1054
  • LALANCE (Marie-Claude), RANITZ (Anaïs de), « Hommage à Jean Renoir », dans Bulletin semestriel des Amis de Bourron-Marlotte, n°30, 1992, p. 8-9.
    Cote : REV1054
  • Le Cinéma et la Seine-et-Marne, catalogue d'exposition, Melun : Musée de Melun, 1972.
    Cote : AZ9092
  • RENOIR (Jean), Renoir, Paris : Hachette, 1962.
    Cote : 16[531
  • ROESCH-LALANCE (Marie-Claude), Dans l’intimité de la communauté artistique de Bourron-Marlotte, Association des Amis de Bourron-Marlotte, 2012.
    Cote : 8°8118

Télécharger

Voir aussi

Sur Internet