imprimer (nouvelle fenêtre)

Jean-Baptiste Poirson (1761-1831)

Le personnage

Jean-Baptiste Poirson est un ingénieur-géographe et cartographe. Né à Vrécourt (Vosges) le 6 mars 1761, il étudie les mathématiques, la géographie et suit une carrière d’ingénieur.

Sous la direction puis comme collaborateur du célèbre géographe Edme Mentelle (1730-1815), il dresse de nombreuses cartes et élabore des globes célestes et terrestres, dessinés et peints à la main. Sa première réalisation identifiée comme telle date de 1790.

Il se distingue des représentations cartographiques antérieures par un souci d’harmonie et de précision. Son travail restitue aussi bien la géographie physique, hydrographique, géologique, topographique, routière, territoriale, administrative que statistique.

La qualité de ses réalisations contribue à sa renommée auprès des savants, des conseillers d’état et des militaires. Au cours de sa carrière, il participe à l'élaboration d'un globe terrestre destiné à l’instruction du dauphin pour Louis XVI (entre 1786 et 1789) et en crée un autre pour Napoléon Bonaparte (entre 1803 et 1811) destiné ensuite à l’instruction du Roi de Rome. Plusieurs explorateurs font appel à lui pour transcrire leurs découvertes de voyage, notamment : Alexander de Humboldt (1769-1859), Conrad Malte-Brun (1775-1826), François-Raymond-Joseph de Pons (1751-1812).

Poirson se soucie de propager la géographie, mal connue selon lui à la fin du XVIIIe siècle. Ses cartes représentent toutes les régions du monde, y compris les milieux marins. En 1821, il publie la Nouvelle géographie élémentaire par demandes et réponses, divisée en leçons et accompagnée d’un atlas de 18 cartes muettes, écrites et coloriées à l’usage des pensions qui fera longtemps autorité dans les écoles.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Vers 1825, Jean-Baptiste Poirson et son épouse quittent Paris pour s’installer à Valence-en-Brie dans la rue principale (aujourd’hui rue André-Taboulet). Son épouse y décède en mars 1825. D’abord inhumée au cimetière de Valence-en-Brie, son corps est transféré en 1829 à cimetière du père Lachaise à Paris à la demande de son fils, Charles-Gaspard Poirson. Du 2 septembre 1830 à son décès, Jean-Baptiste Poirson devient membre du Conseil municipal du village. Il décède le 12 février 1831 à son domicile valençois et est inhumé avec son épouse à Paris.

Aujourd’hui, le château de Fontainebleau conserve et expose le globe terrestre, destiné à l’instruction du roi de Rome, réalisé par Jean-Baptiste Poirson pour Napoléon. Installé à l’origine dans la galerie de Diane du château des Tuileries, il est déplacé à la demande de Napoléon III en 1861 dans la galerie de Diane du château de Fontainebleau, où il se trouve encore.

Bibliographie

  • Bullot (Daniel), Bullot (Danielle), « Plan, cartes, globes terrestres et globes célestes, succès et désillusions dans la vie de Jean-Baptiste Poirson », dans Bulletin de la Société d’Histoire et d’Archéologie de l’arrondissement de Provins, n°166, 2012, p. 55-112.
    Cote : REV 371/20
  • Bullot (Daniel), Bullot (Danielle), « Jean-Baptiste Poirson, ingénieur-géographe (1761-1831) : première partie », dans Culture et patrimoine : la revue des Amis de Moret et de sa région, oct.-déc. 2012, p. 15 à 22.
    Cote : REV 349/28
  • Bullot (Daniel), Bullot (Danielle), « Jean-Baptiste Poirson, ingénieur-géographe (1761-1831) : deuxième partie », dans Culture et patrimoine : la revue des Amis de Moret et sa région, jan.-mars 2011, p.11 à 20.
    Cote : REV 349/29

Écouter

Conférences en ligne

Voir aussi