imprimer (nouvelle fenêtre)

Charles Péguy (1873-1914)

Carte postale des tombes de Villeroy, où est enterré Charles Péguy.

Tombes des soldats morts au combat de Villeroy. Chauconin-Neufmontiers. Carte postale (AD77, 2 Fi 9871)

Le personnage

Normalien, membre du parti socialiste, Charles Péguy, durant ses études, prend parti dans l'affaire Dreyfus, signe toutes les protestations publiées dans L' Aurore pour demander la révision du procès, et s’illustre dans les combats entre dreyfusards et antidreyfusards.
Pour autant, il fustige bientôt le « parti intellectuel » et dénonce le marxisme à travers Les Cahiers de la Quinzaine , revue qu’il fonde en 1900. De même, il s’élève contre les mythes modernes avec L’Argent (1913).
Sa poésie lyrique, au vers ample et au rythme redondant, reflète son mysticisme personnel depuis sa conversion au catholicisme en 1908 ( Le mystère de la charité de Jeanne d’Arc , 1910 ; Eve , 1913).

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Mobilisé comme lieutenant lors de l’offensive allemande de la Première guerre mondiale, Charles Péguy meurt à Villeroy, le 5 septembre 1914.
Un monument et un calvaire ont été élevés à sa mémoire à l’endroit précis où il fut tué. Non loin, la « Grande Tombe » (Chauconin-Neufmontiers) abrite, outre le corps de Charles Péguy, ceux des 133 soldats qui sont morts lors de cette première bataille de la Marne.

Ses principales oeuvres

  • L’Argent , 1913.
  • Eve , 1913.
  • Le mystère de la charité de Jeanne d’Arc , 1910

Bibliographie

  • Laval (Michel), Tué à l'ennemi : la dernière guerre de Charles Péguy, Paris : Calmann-Levy, 2013.
  • Teyssier (Arnaud), Charles Péguy : une humanité française , Perrin, 2008.
  • Burac (Robert), Charles Péguy : la révolution et la grâce , Laffont, 1994.
  • Roland (Romain), Charles Péguy , Albin Michel, 1944.

Voir aussi

Sur ce site

Commémoration

Sur Internet