imprimer (nouvelle fenêtre)

1914 : la première bataille de la Marne

La date

Un mois après le déclenchement de la guerre, l'armée allemande se rapproche dangereusement de Paris. Le 2 septembre, le gouvernement français se réfugie à Bordeaux et le général Gallieni est nommé gouverneur militaire de Paris. L’armée française doit à tout prix sauver la capitale. Le général Joffre met en place une contre-offensive et lance son célèbre appel : « Au moment où s’engage une bataille dont dépend le salut du Pays, il importe de rappeler à tous que le moment n’est plus de regarder en arrière. Tous les efforts doivent être employés à attaquer et repousser l’ennemi. Toute troupe qui ne pourra plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer. Dans les circonstances actuelles, aucune défaillance ne peut être tolérée ». Le 5 septembre 1914, la première bataille de la Marne est engagée.

Le théâtre des opérations

L’offensive de la Marne se déroule sur un front de plus de 200 kilomètres entre Meaux et Verdun. Elle se subdivise en 5 batailles plus restreintes : la bataille de l’Ourcq, la bataille des Deux Morins, la bataille des Marais de Saint-Gond, la bataille de Vitry et le bataille de Revigny.

L'exode des civils

Plusieurs villages seine-et-marnais comme Villeroy, Monthyon, Etrepilly, Nanteuil, Varredes ou encore Chambry se retrouvent au cœur des affrontements. Apeurée, la population du nord de la Seine-et-Marne décide de fuir les villages occupés et grossit les rangs des émigrés belges et les Français du nord et de l’est, déjà sur les routes depuis plusieurs jours.

Carte d'ensemble de la bataille de la Marne

Carte d'ensemble de la bataille de la Marne

Carte d'ensemble de la bataille de la Marne (AD77, 16°1653)

Voir aussi

Sur ce site

Action éducative

Commémoration