imprimer (nouvelle fenêtre)

William Saurin (1872-1937)

Le personnage

William Saurin, né Seurin, est le fils d’un épicier de Saint-Mandé. Il commence sa carrière comme représentant de commerce pour la société des négoces de produits alimentaires créée par ses oncles, près des halles de Paris. Grâce à son mariage en 1898 avec Marie Léger, il prend la tête d’une importante épicerie fine parisienne, appartenant à Émile Moitrier, l’oncle de son épouse.

Pour l’Exposition Universelle de 1900, il crée un atelier de conserve de desserts, où il produit ensuite aussi des plats cuisinés. En 1908, au décès d’Émile Moitrier, William et Marie Saurin héritent du magasin et de la fabrique de conserves. En 1910, l’enseigne prend le nom de Saurin.

À partir de 1921, William est assisté par son gendre Robert Dezerville à la direction de l’entreprise. Ses fils, Vincent (1907-1991) et Robert Saurin (1899-1970), perfectionnent l’organisation commerciale (modernisation publicitaire, prospection commerciale, etc.). Ils prennent la relève de l’entreprise à la mort de William en 1937.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

La famille Saurin pratique l’aviron sur les bords de Marne : en 1917, William Saurin entre au club d'aviron de Lagny sur Marne. Il en devient le vice-président en 1920. Son fils Vincent est également vice-président du club en 1942 puis président de 1952 à 1988. Dès 1919, la famille Saurin possède une résidence d’été à Lagny-sur-Marne.

Après la Grande Guerre, les innovations culinaires et marketing de William Saurin décuplent les commandes. En 1926, il installe alors ses ateliers agrandis à Lagny-sur-Marne (5 rue Jacques Lepaire), une ville proche de Paris et des producteurs (éleveurs de volailles, de porc et de bœufs, producteurs de légumes) : une garantie de fraîcheur des produits nécessaires à la fabrication des plats !

L’essor de l’entreprise implantée dans un quartier central à caractère résidentiel présente des inconvénients : les riverains se plaignent des nuisances provoquées par le bruit, les odeurs et les fumées. La société acquiert alors des terrains sur la commune voisine de Saint-Thibault-des-Vignes (lieu-dit « Les Basbouts »). Les bâtiments destinés au stockage et aux expéditions s’y installent entre 1950 et 1954. Puis, en 1960-1961, la nouvelle usine, représentant environ 7 200 m², est construite. En 1962, la fabrication représente 13 millions de boîtes de plats cuisinés, plus de 16 millions de boîtes de pâtés et viandes et 4 millions de légumes. Aujourd’hui, le siège social et les usines existent toujours en Seine-et-Marne.

Bibliographie

  • MARTINOT (Sylvie), "William Saurin", dans RAMBAUD (Isabelle), sous dir. de, La Seine-et-Marne industrielle : Innovations, talents, archives inédites, Lyon : Lieux-dits éditions, 2010, p. 286-288.
    Cote : 4[3279

Voir aussi

Sur ce site

Acquisitions Figures locales Sur Internet