imprimer (nouvelle fenêtre)

Victor Cherbuliez (1829-1899)

Portrait de Victor Cherbuliez AD77 5 FI 1259

Victor Cherbuliez. Estampe (AD77, 5 Fi 1259)

Le personnage

C’est par ses premiers écrits, inspirés de ses nombreux voyages et des philosophies grecque et orientale, que Victor Cherbuliez attire l’attention de George Sand et de Sainte-Beuve. Grâce à eux, il entre dans les cercles littéraires parisiens et peut publier ses romans cosmopolites ainsi que ses études et chroniques de politique étrangère dans la Revue des deux mondes, dans laquelle George Sand écrit également. En 1882, il est élu à l’Académie française.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Victor Cherbuliez vit les 25 dernières années de sa vie au Perreux, entre Quincy-sous-Sénart et Combs-la-Ville. Ce cadre rustique lui inspire son roman La Ferme du Choquard, récit réaliste et d’aventure sur les mœurs d’une grande exploitation agricole briarde au XIXe siècle.

Son oeuvre

Le comte Kostia, Paris : Hachette, 1863.
L’Aventure de Ladislas Bolsk, Paris : Hachette, 1869.
La Ferme du Choquard, Paris : Hachette, 1883.

Bibliographie

  • Bartillat (C. de), La Brie qui pense, Étrépilly : Les presses du village, 1984.
  • Bartillat (C. de), « Victor Cherbuliez, un réaliste de l’extraordinaire », préface de La ferme du Choquard, Étrépilly : Les presses du village, 1982.
  • Cellières (A.), Victor Cherbuliez, romancier, publiciste, philosophe, Paris : Droz, 1936.

Voir aussi

Sur Internet