imprimer (nouvelle fenêtre)

Pierre Chanteloup (1890-1976)

Déclaration dans le registre analytique du commerce et des sociétés de la société de « Réparation de pneumatique d’autos » établie par Pierre Chanteloup au Tribunal de commerce de Melun le 22 février 1926. La fiche renseigne sur sa date de naissance et sur l’adresse de son commerce, alors situé 10 rue Saint-Liesne à Melun. (AD77, UP10515)

Déclaration dans le registre analytique du commerce et des sociétés de la société de « Réparation de pneumatique d’autos » établie par Pierre Chanteloup au Tribunal de commerce de Melun le 22 février 1926. La fiche renseigne sur sa date de naissance et sur l’adresse de son commerce, alors situé 10 rue Saint-Liesne à Melun. (AD77, UP10515)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le personnage

Aviateur pionnier. Fils de cultivateur, il naît à Bauné (Maine-et-Loire) le 29 mai 1890. Élève de l’école de pilotage de Gaston et René Caudron au Crotoy (Somme), il obtient son brevet de pilote civil le 28 juillet 1911. Au cours de son service militaire, il est incarcéré quinze jours, suite à un looping latéral complet, effectué le 21 septembre 1913, figure interdite par le règlement militaire. De retour auprès des frères Caudron, il effectue à Juvisy le 9 novembre 1913 le 1er looping longitudinal sur biplan du monde. Cette prouesse lui vaut le trophée de Hendon décerné par l’Angleterre le 27 décembre 1913. En France et à l’étranger, il multiplie les meetings et les exploits, comme son looping, moteur arrêté pour la première fois (7 juin 1914).

Durant la Grande Guerre, après avoir servi les escadrilles C 11 et C 51, il est décoré de la croix de guerre avec palme par le président Raymond Poincarré en 1915. Entre 1915 et 1918, il procède ensuite aux essais et à la mise au point de 700 appareils, dont le Caudron C 23. Après la guerre, il effectue des voyages de propagande en France et à l’étranger, puis participe au relevé cadastral de La Martinique en y effectuant des photographies aériennes. À son retour, il renonce à voler, pour des raisons financières et d’épuisement. Entre septembre 1939 et juin 1940, il est mobilisé à la base de Tours – Saint-Symphorien comme sergent-aviateur, mais ne pilote pas.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Ayant pris la décision de ne plus voler, il ouvre en janvier 1926 un magasin de réfection de pneumatiques automobiles à Melun qu’il tient jusqu’à sa retraite en 1959. Il vit à Melun, puis à Dammarie-lès-Lys, où il décède le 10 août 1976. Il est inhumé à Melun. Depuis le 24 mars 1988, une rue de Dammarie-lès-Lys porte son nom, proche de la rue Anatole France où il habitait.

Sources

  • MARCK (Bernard), Dictionnaire universel de l'aviation, Paris : Tallandier, 2005, p. 206-207.
    Cote : 8[7915
  • Registre analytique du commerce et des sociétés, Tribunal de commerce de Melun, 1926-1927
    Cote : UP10515
  • Registre de délibérations du conseil municipal de Dammarie-lès-Lys, mars 1988
    Archives communales de Dammarie-lès-Lys
  • "Pierre Chanteloup, as de l'aviation", Le Parisien, édition nord-sur, 21 novembre 1983.
    Cote : PZ295AB38

En savoir plus

Sur Internet

Voir aussi

Sur Internet