flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Les affiches du "commandant Aubry"

  • Retour
  • 30-06-2017
  • ZOOM SUR...

Durant la Seconde Guerre mondiale, tracts, inscriptions, papillons et affiches constituent un outil privilégié pour la propagande car ils illustrent les positions des différents protagonistes du conflit.

Placard intitulé « Schwein Kopf »

Placard intitulé « Schwein Kopf »

Placard intitulé « Schwein Kopf », avec la caricature d’un officier allemand, de face. Un texte indique : « Vous voudriez qu’on collabore avec ces gueules de faux-jetons… » (Lacunes).
___
Affiche, Archives départementales de Seine-et-Marne, M3435-1


Les 28 octobre et 6 novembre 1940, la police découvre des affichettes calligraphiées, apposées dans le sud de Melun et à Dammarie-les-Lys. L’auteur est inconnu même s’il signe « commandant Aubry, officier français, enfant du peuple ».

Claude Cherrier, spécialiste de la Résistance en Seine-et-Marne, en fait la description : l’évènement central qui a provoqué ces affichages ne peut être que la rencontre de Montoire (24 octobre 1940), impliquant dans son sillage l’allocution sur « la collaboration ».

L’influence de la Grande Guerre reste patente : utilisation du terme « boche », allusions aux pillages précédant la Marne (bouchon de Champagne dans la bouche du commandant Galfer), références appuyées aux grandes batailles, à la date proche du 11 novembre. On lit « Français et anciens combattants, vous n’avez pas le droit d’oublier le 11 Novembre. Cette date est la fête de nos glorieux morts qui sont tombés pour défendre notre France ». Par contre, il n’y a aucune évocation « maréchaliste » ou aucun rappel flatteur du « héros de Verdun ». C’est plutôt l’inverse autrement dit un rejet total de ce que prône Pétain, c'est à dire la collaboration : « vous voudriez qu’on collabore avec des gueules de faux jetons pareilles (caricature de Hitler), ça jamais », ou « renégats et vendus de Vichy » ou encore « Français (ainsi débutent toujours les allocutions de Pétain) , la propagande allemande vous ment, n’écoutez pas la radio, détruisez toutes ses affiches. Voilà la vraie collaboration » car « tout marché avec Hitler est un marché de dupes ».

Enfin, le « commandant Aubry » lance un appel à la Résistance et à la Résistance armée : « La véritable guerre va bientôt commencer…Francs-tireurs (deux affiches utilisent ce vocable), organisez-vous, aux armes ! » ou encore « ne vous laissez pas abattre à la veille de la victoire. Car la victoire est là, je vous le jure ! Elle est proche, elle est certaine ! En avant ».

Documents références

CHERRIER Claude, ROY René, La Résistance en Seine-et-Marne (1939-1945), Presses du village, Etrépilly, 2002, 312 pages.
Cote : 8°584

Direction des Archives et du Patrimoine. Service éducatif et culturel, 39-45, C’était comment la guerre ?, Melun : Conseil général de Seine-et-Marne, 2005 (Mémoire & Documents de Seine-et-Marne).