imprimer (nouvelle fenêtre)

CHAIGNEAU (Marie Joseph Jean)

1941-1942
« Le préfet qui sera déporté en 1944 »

Marie Joseph Jean CHAIGNEAU
(24/06/1895 St-Vivien 33 - 18/03/1955 Paris 8°)

École supérieure de Commerce, licence en droit (17/07/1928) ; mobilisé (15/12/1914-18/09/1919), 2 blessures, 3 citations ; capitaine de chasseurs de réserve ; F.F.C. réseau N.A.P. (06/1943) ; attaché au cabinet du préfet de la Gironde (01/10/1919) ; chef de cabinet du préfet des Hautes-Alpes (16/04/1922), Vienne (11/10/1922) ; sous-préfet de Loches (08/09/1924) ; chef du secrétariat particulier (11/03/1926) de Raoul Péret, ministre des Finances (09/03-22/06/1926) ; sous-préfet de Pithiviers (29/05) appelé à d’autres fonctions, receveur particulier des finances à Aubusson (29/05/1926) ; chef adjoint de cabinet (26/07/1926) d’Édouard Herriot, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (23/07/1926-10/11/1928) ; sous-préfet rattaché à la préfecture de Gironde (01/04/1930) ; chef adjoint de cabinet (05/03/1930) de Péret, ministre de la Justice (02/03-17/11/1930) ; rattaché à la préfecture de la Seine (12/09/1931) ; sous-préfet de Saumur (08/08/1933) ; secrétaire général du Bas-Rhin (25/10/1934) ; préfet des Basses-Alpes (06/06/1939), Tarn par intérim (15/05/1940) définitif (05/09), d’Indre-et-Loire (02/11) ;

Préfet de Seine-et-Marne (14/11/1941), obtient la commutation en détention à perpétuité de la condamnation à mort du résistant Clément Ballèn de Guzmann (1942) ;

Préfet des Alpes-Maritimes (26/04/1943) ; arrêté (14/05/1944) son nom figurant sur la liste des préfets "utilisables" établie par Michel Debré et deux anciens préfets, Villey et Verlomme, à Alger (07-10/1943), et tombée au printemps suivant entre les mains des Allemands ;

Déporté en Allemagne au camp d’Eisenberg, rapatrié (11/05/1945) ;

Retraite (19/12/1945) ; préfet honoraire (06/07/1951) ; Légion d’Honneur (07/07/1927, officier 24/12/1930) ; médaille militaire (1914-1918).

Voir aussi

Sur ce site