imprimer (nouvelle fenêtre)

Louise Marie Thérèse, dite la "mauresse de Moret" (vers 1675-1731)

La religieuse de Moret, dite « La Mauresse », estampe reproduisant un portrait conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève. (AD77, 2FI12972)
La religieuse de Moret, dite « La Mauresse », estampe reproduisant un portrait conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève. (AD77, 2FI12972)
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le personnage

Louise Marie Thérèse est une religieuse du couvent de Villechasson-Moret. Elle est connue sous le surnom de « mauresse de Moret » en raison de la couleur de sa peau. Son identité est incertaine.

D’après la littérature, elle est la fille illégitime de Marie-Thérèse d'Autriche, reine de France et épouse de Louis XIV, née en 1664 d’une liaison avec un amant noir. Le dépouillement récent d’archives de sources variées (documents des Archives nationales de France, d’Autriche et de Grande-Bretagne, des Archives générales d’Espagne, des Archives départementales de Seine-et-Marne et de l’Yonne, des Archives de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et des Archives du Vatican) indique qu’il s’agit plutôt de la fille du roi Louis XIV née vers 1675. Ce dernier ordonne dans des actes royaux le versement d’une pension.

La mère de Louise Marie Thérèse pourrait être une comédienne, vendue, jeune enfant, au premier comédien de Louis XIII, pour jouer les rôles de « sauvagesse ». À la même époque, une autre femme noire, Dorothée, ursuline à Orléans, reçoit également une pension du roi. Il peut s’agir de la sœur ou demi-sœur de Louise Marie Thérèse.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Probablement depuis son enfance et durant toute sa vie, Louise Marie Thérèse est une bénédictine du couvent de Villechasson-Moret à Moret-sur-Loing sous le nom de sœur Louise Marie de Sainte-Thérèse, ou parfois « sœur Marie de Sainte-Thérèse ». Elle y reçoit de nombreuses visites de hauts personnages de l’entourage royal.

Un portrait de la mauresse est actuellement conservé au musée municipal de Melun. L'auteur pourrait être Pierre Gobert (1662-1744), peintre ordinaire du roi et membre de l’Académie royale de Peinture, dont la fille a également été une religieuse du couvent de Villechasson-Moret.

Article réalisé d'après les recherches de Serge Aroles, chirurgien et écrivain

Références

    Documents conservés aux Archives départementales de Seine-et-Marne concernant la « Mauresse de Moret ».

    • Vêtures du couvent de Villechasson-Moret
      Cote : 338H3
    • Mortuaires du couvent de Villechasson-Moret
      Cote : 338H4
    • Répertoire chronologiques par ordre alphabétique de nature des actes de l’étude notariale Moret II (Répertoire partagé entre Henry Roussard père et Henry Roussard fils).
      Cote : 262E1
    • Minutes notariales de l’étude notariale Moret II, 1694-1735
      Cotes : 262E75 à 262E88

Bibliographie

Les références ci-jointes sont consultables en salle de lecture des Archives départementales.

  • Serge AROLES, « L’énigme de la fille noire de Louis XIV résolue par les archives ? », 2014. (42 Ko)
  • Serge BILÉ, La Mauresse de Moret : la religieuse au sang bleu, Saint-Malo : Pascal Galodé éditeurs, 2012, 70 p.
    Cote : 8°8139
  • Erick NOËL, sous dir. de, Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Genève : Droz, 2011, 578 p.
    Cote : 8°7794
  • Eugène THOISON, Pierre Gobert, Paris, 1903, 42 p.
    Cote : AZ4844
  • Charles RABOURDIN, « La mauresse de Moret », extrait de l’Almanach de Seine-et-Marne, 1889, p. 164-166.
    Cote : AZ11221
  • E. SOLLIER, Notice sur l'ancien couvent de Moret, et sur la religieuse connue sous le nom de la Mauresse, extraits de Mémoires... du Comité impérial des travaux hist. et des soc. savantes, 1866, 17 p.
    Cote : AZ434

Télécharger