imprimer (nouvelle fenêtre)

Les pépinières à Dammarie-lès-Lys


Les Grandes Pépinières de Farcy-les-Lys, près de Melun

Grandes Pépinières de Farcy-les-Lys, près Melun (AD77, 34Fi161)

Particulièrement importantes au XIXe siècle et au début du XXe siècle, les pépinières de Dammarie-lès-Lys voient le jour vers 1822 sous la houlette de M. Sertier, père, au lieu-dit Farcy-lès-Lys.

En 1842, son fils Edme Sertier crée un établissement contigu et publie un catalogue très fourni avec arbres fruitiers (358 espèces, dont 181 espèces de poiriers et 61 espèces de pommiers), arbres et arbrisseaux d’ornements, arbustes de terre de bruyère, conifères de pleine terre et 150 variétés de roses.

Les deux entreprises sont reprises en 1872 par M. Firmin Balochard, à qui son fils Jules Balochard succèdera en 1884. Celui-ci, particulièrement entreprenant (il inaugure l’usage de la publicité pour sa société en 1904) est membre de la Société horticole et botanique de l’arrondissement de Melun depuis sa fondation (1884). Il crée au sein des « Grandes pépinières de Farcy-lès-Lys, près Melun » une « École d’arboriculture fruitière » et un jardin modèle (1903) où il organise conférences et cours pratiques sous la conduite de son chef de culture M. Pascaud, véritable âme de l’entreprise. Officier, puis commandeur du Mérite agricole (1904), couvert d’honneurs lors des expositions d’horticulture qui lui permettent d’exposer « les produits de sa roseraie » (3 000 roses en 350 variétés en 1905), Jules Balochard devient président de la Société d’horticulture de Melun en janvier 1909 (date à laquelle il cède son entreprise à G. Ragobert). Il sera également maire de Dammarie-lès-Lys de 1912 à 1919 et de 1921 à 1925.

C’est cependant à M. Pascaud (1862-1931), devenu en 1911 directeur des pépinières de Farcy que l’on doit leur transfert en 1925 au château de Bellombre, toujours sur le territoire de Dammarie-lès-Lys. Associé à P. Micheau à partir de 1927, c’est lui qui fait vivre l’entreprise en renforçant la spécificité « arbres fruitiers, conifères et arbres d’ornements » et en poursuivant la communication de l’entreprise avec des encarts publicitaires permanents dont témoignent aussi bien « l’Horticulteur briard » que son successeur le « Jardinier de la Brie » (jusqu’en 1938).

Mais la Seconde Guerre Mondiale et l’industrialisation de Dammarie-lès-Lys auront raison des pépinières. Le territoire de Farcy sera loti, le château de Bellombre démoli par son dernier propriétaire, la société Everitube. Fin d’une « Belle époque ».

Lettre manuscrite de Jules Balochard

Lettre manuscrite de Jules Balochard (AD77, 34Fi162)