imprimer (nouvelle fenêtre)

L'outillage en silex de la fin du néolithique dans le bassin de la Seine

Conférence donnée par Caroline Renard le 22 novembre 2011 à l'auditorium des Archives départementales de Seine-et-Marne.

Couverture du flyer des Rendez-vous du mardi - 22 novembre 2011 - L'outillage en silex dans le bassin de la Seine à la fin du Néolithique

La conférencière

En décembre 2010, Caroline Renard a soutenu avec succès sa thèse de doctorat, préparée avec le soutien du Conseil général de Seine-et-Marne, au sein de l’Université de Paris-I et de l’équipe « Protohistoire européenne » de l’UMR 7041 du CNRS. Elle est depuis docteur en Archéologie.

La conférence

Écouter la conférence sur l'outillage en silex de la fin du Néolithique dans le bassin de la Seine
playlist reference

Partie 1 : Brève présentation des grandes périodes de la Préhistoire

Afin de permettre au public de situer l’objet de ses recherches, Caroline Renard présente dans cette partie les périodes successives de la Préhistoire antérieure au Néolithique. Pour chaque période, elle rappelle les outils utilisés, les modes de vie humains, les inventions. Les techniques employées pour obtenir des éclats et des lames de silex à ces différentes périodes sont également exposées, notamment :

  • la percussion directe dure,
  • la percussion directe tendre,
  • la percussion indirecte,
  • le débitage Levallois du paléolithique moyen qui permet d’obtenir des éclats de silex régulier avec une forme prédéterminée,
  • le débitage laminaire du paléolithique supérieur.

Durée de la partie : 17 minutes

Partie 2 : Le Néolithique et ses changements (début)

Les travaux de Caroline Renard concernent l’industrie lithique (fabrication d’objets en pierre) dans le bassin de la Seine au Néolithique récent-final (entre 3 500 et 2 100 avant J.-C.). Dans cette partie de la conférence, elle évoque certaines conclusions de ses recherches en présentant le Néolithique sur le plan social, économique et spirituel. Cette période est comprise entre 6 000 et 2 100 avant J.-C. et est divisé en 3 parties majeures en France : le Néolithique ancien, le Néolithique moyen et le Néolithique récent-final. Les aspects du Néolithique évoqués dans cette partie sont :

  • la sédentarisation et l’habitat des régions situées au nord de la France actuelle,
  • l’agriculture et ses outils,
  • le début de l’élevage (chèvre, mouton, bœuf, porc),
  • l’apparition de différences sociales,
  • l’utilisation de la céramique,
  • les outils et usages des pierres polies.

Durée de la partie : 26 minutes

Partie 3 : Les changements majeurs du Néolithique (suite et fin)

La présentation du Néolithique se poursuit. Les éléments évoqués dans cette partie sont :

  • les phénomènes d’échanges de lames et de haches en silex entre les zones du bassin de la Seine et avec des régions extérieures (nord de l’Europe, Touraine, Centre-Ouest, région du Grand Préssigny, Côtes d’Armor, massif alpin…),
  • la spécialisation d’individus dans la fabrication de lames en silex,
  • les autres matériaux utilisés dans l’outillage et les parures (grès, bois de cerf, schiste, cuivre, calcaire, ambre, variscite, etc.),
  • l’existence d’un artisanat textile,
  • les types de sépultures (organisation, objets contenus, etc.) et leur interprétation concernant l’évolution de l’organisation sociale.

Durée de la partie : 30 minutes

Questions du public

Écouter les échanges entre Caroline Renard et le public
playlist reference
  1. Il y a encore une quarantaine d’années, on considérait que la période qui allait de la fin du Néolithique moyen jusqu’au début de l’âge des métaux était regroupée dans le bassin parisien sous la terminologie de « culture Seine-Oise-Marne ». Il y a un peu moins de 30 ans, on a mis en évidence le groupe du Gord dans la région de Compiègne qui a caractérisé le Néolithique final : Qu’en est-il à présent ? Pensez-vous que cette terminologie de Seine-Oise-Marne va être abandonnée ?
  2. Vous n’avez pas parlé du campaniforme. Pendant longtemps on a considéré que cette culture « Seine-Oise-Marne » était imperméable aux influences campaniformes qui était par contre très présente dans d’autres régions. On s’est aperçu que le Néolithique récent-final en bassin parisien n’était pas si imperméable que çà aux influences campaniformes. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
  3. En ce qui concerne l’habitat, on découvre des vestiges de grandes maisons. Certains auteurs considèrent qu’ils s’agissaient de maisons communes : au lieu que le village ait plusieurs cabanes, il possèderait une seule maison commune. L’ethnologie montre que c’est possible, puisque cela existe dans d’autres régions du monde. Qu’en pensez-vous ?
  4. À partir de quelle période, peut-on trouver des silos à grains ?
  5. Quels sont les indices qui vous permettent de repérer la vie spirituelle des personnes de cette époque ?
  6. Vous avez montré une carte concernant le commerce. […] Ce qui permet de savoir qu’il y a traces de cette période là, ce sont les traces de polissage. On en découvre encore plein dans la vallée du Loing, du Lunain, celle de l’Orvanne et sur les plateaux. […] et vous nous dites que le commerce s’établit sur du matériau non poli. Cela m’interroge.
  7. Dans les sépultures, vous avez parlé de la présence de briquet. Pouvez-vous donner une explication là-dessus ?
  8. Quand vous parlez de fin du Néolithique est-ce que vous incluez Néolithique récent et Néolithique final ?

Durée de la partie : 17 minutes

En savoir plus

Jeunes chercheurs

  • Caroline Renard
    Présentation de la thèse de Caroline Renard réalisée avec le soutien du Département de Seine-et-Marne

Attention

Droits

Les conférences sont protégées par le droit de la propriété intellectuelle. Aucune réutilisation ne peut en être faite sans l'accord des conférenciers.