imprimer (nouvelle fenêtre)

Jules Favre (1809-1880)

Jules Favre (1809-1880)

Le personnage

Caricature de Jules Favre

Caricature de Jules Favre lors de l’entrevue

de Ferrières (19 septembre 1870).

Dessin réalisé par Faustin, « Jules Favre écrase

Bismarck l’araignée crabe », 1870.

(AD77, 5FI818)


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Jules Favre est un avocat et homme politique français. Originaire de Lyon, il est issu d’une famille de commerçants. Au cours de ses études, il part un an en Italie, puis s’installe à Paris pour apprendre le droit. Vers 1832, il retourne à Lyon et ouvre son premier cabinet d’avocat. En 1834, il se fait remarquer en prenant la défense des insurgés de la révolte des canuts d’avril 1834. Ses opinions politiques républicaines l’amènent également à collaborer au journal Le Précurseur. Dans la seconde moitié des années 1830, Jules Favre retourne vivre à Paris. En 1848, après la révolution, il est nommé secrétaire général du ministère de l'Intérieur mais le reste peu de temps, préférant sa fonction de député à la Constituante. La même année, il est également élu député républicain de Paris. Il le reste jusqu’en 1851, puis l’est à nouveau de 1858 à 1863. En 1867, il est élu à l’Académie française. Fervent opposant à Napoléon III (1808-1873), il défend Felice Orsini (1819-1858) après l’attentat du 14 janvier 1858 contre l’empereur français. En 1870, après la proclamation de la IIIe République, Jules Favre est nommé Ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de la Défense nationale (septembre 1870-février 1871). Pendant la Commune (de mars à mai 1871), il négocie la paix de Francfort (10 mai 1871). En 1876, il est élu sénateur du Rhône et le reste jusqu’à sa mort, en 1880.

Son lien avec la Seine-et-Marne

Le 19 septembre 1870, alors ministre des Affaires étrangères, Jules Favre se rend à Ferrières-en-Brie pour rencontrer Otto von Bismarck (1815-1898) : c’est l’ Entrevue de Ferrières. Au sein du Château des Rothschild, les deux hommes tentent de négocier la paix entre la Prusse et la France pour clôturer la guerre de 1870. Toutefois, cette rencontre échoue et ne parvient pas à faire éviter le siège de Paris (septembre 1870-janvier 1871).

Bibliographie sélective

  • HEYLLI (Georges d’), Jules Favre et le comte de Bismarck : entrevue de Ferrières, Librairie générale, Paris, 1870. Cote : AD77, AZ8413
  • S.N., « Organisation des tutelles : scellés » [correspondance entre M. Choullier greffier à Donnemarie et Jules Favre sénateur], dans Journal des greffiers des justices de paix, Imprimerie Bordelaise J. Lamarque, 1872.
    Cote : AD77, AZ699

Voir aussi

Sur Internet