imprimer (nouvelle fenêtre)

Gabrielle d'Estrées (vers 1573-1599)

reproductions d'estampes : ancien château de la belle Gabrielle d'Estrées, à Montceaux au XVIe siècle :AD77 2 FI 8751 Château royal de Montceaux-en-Brie. Construit de 1549 à 1560 par ordre de Catherine de Médicis, habité par Gabrielle d'Estrées de 1594 à 1599, donné à Marie de Médicis (séjour favori du roi Henri IV).

Ruines du château royal de Montceaux-en-Brie

(AD77, 2 Fi 8754)

Le personnage

Favorite d’Henri IV de ses 20 ans jusqu’à son décès, Gabrielle d’Estrées souhaite très tôt devenir reine de France, en lieu et place de Marguerite de Valois. Elle donne de nombreux enfants à Henri IV, dont plusieurs sont légitimés princes du royaume, tel César, duc de Vendôme. Elle meurt pourtant avant de réaliser son souhait de monter sur le trône. À nouveau enceinte du roi, elle décède brutalement dans la nuit du 9 avril 1599. Au lendemain de sa mort, Henri IV écrit : « Mon affliction est aussi incomparable que l’était le sujet qui me la donne. Les regrets et les plaintes m’accompagneront jusqu’au tombeau. La racine de mon cœur est morte et ne rejettera plus... ».

Son histoire avec la Seine-et-Marne

L’hôtel Marquelet à Meaux abrite les premiers temps des amours clandestines d’Henri IV et Gabrielle d’Estrées. Puis Gabrielle acquiert la jouissance du château de Quincy, jusqu’à ce que le roi la nomme « marquise de Montceaux en Brie » (aujourd’hui ville de Montceau-lès-Meaux, Seine-et-Marne) et lui en donne le château construit par Catherine de Médicis. Celui-ci est presque entièrement rasé au XIXe siècle.

Bibliographie

  • Viennot (Éliane), « Gabrielle d’Estrées », dans Les samedis de l’histoire 1999-2000 : Des siècles et des Hommes, compte-rendu des conférences du cycle de 1999-2000, Conseil général de Seine-et-Marne, 95 p.
  • Pidot (J.), « Gabrielle d’Estrées au château royal de Montceaux-lès-Meaux », dans Bulletin de la société littéraire et historique de la Brie , 48e vol., 1993, p. 25-41.
  • Lhuillier (T.), L’Ancien château royal de Montceaux en Brie , Paris : Plon, 1885, 40 p.

En savoir plus

Sur Internet