imprimer (nouvelle fenêtre)

Edouard Dujardin (1861-1949)

Edouard Dujardin (1861-1949)

Le personnage

Portrait d’Édouard Dujardin (1861-1949)

Portrait d’Édouard Dujardin (1861-1949)

(AD77, 16[907)

Cliquez sur l'image pour l’agrandir

Édouard Émile Louis Dujardin, né à Saint-Gervais-la-Forêt le 10 novembre 1861 et mort à Paris le 31 octobre 1949, est un romancier, poète et auteur dramatique français. Né de parents originaires de Normandie, il fait ses études à Rouen, il prépare en 1879 une licence d’Histoire à la Sorbonne et s’inscrit au conservatoire de Paris où il suit la classe de composition musicale avec Paul Dukas et Claude Debussy.

Il se consacre à la musique et à la poésie, devient un familier de Mallarmé et crée la Revue wagnérienne dont il fait une revue d’avant-garde du symbolisme. En 1886, il prend la tête de la Revue indépendante à laquelle Mallarmé collabore ; il fait paraître son premier poème en prose A la gloire d’Antonia et son premier roman Les lauriers sont coupés.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

En 1893, il entre dans le monde des affaires. Un séjour provisoire au Haut-de-Changis, dans un immeuble nommé la Villa Bella, - dont Mallarmé fut, maintes fois, jusqu'à sa mort, l'hôte privilégié, - lui fait acquérir la propriété voisine du Val-Changis. C’est là que Dujardin réunit jusqu’aux années 30 tout ce qui compte dans la littérature symboliste, et même le roman ou le journalisme.

En 1904, il fonde la Revue des idées, puis abandonne les affaires. En 1910, le Gouvernement l’envoie en mission en Palestine puis en Egypte. En 1911, il est chargé de cours à l’École des Hautes études. En 1917 il fonde Les cahiers idéalistes français. En 1924, il épouse Marie Chenou et fonde la « Société des amis de Mallarmé ». A la veille du cinquantenaire de la naissance du Symbolisme, il reçoit le prix Lasserre des Lettres pour l’ensemble de son œuvre.

En 1937, Dujardin et son épouse font don de leur propriété au Département de Seine-et-Marne pour en faire une maison de retraite pour les poètes âgés. En 1939 il crée l’Académie Mallarmé et est élu président. Il meurt à Paris le 31 octobre 1949.

Bibliographie

  • Avon, Domaine du Val Changis (maison de retraite pour poètes) : donation (1936-1937)
    Cote : 4N201
  • Aristide Marie, La Forêt symboliste : Esprit et viages - Paris : Firmin Didot et Cie, 1936 - 293 pages.
    Cote : 16[907

Voir aussi

Sur ce site