imprimer (nouvelle fenêtre)

Les documents records

Le document le plus long : 12 mètres et 10 cm

Rouleau de comptes, Chapellenie Saint-Michel

Ce rouleau, composé de plusieurs parchemins cousus bout à bout, contient l’état des recettes et dépenses des revenus affectés à la chapellenie Saint-Michel de la cathédrale de Meaux. Le rouleau, ou rôle, est souvent utilisé au Moyen Âge pour des comptes ou des listes longues (où on est « enrôlé ») mais disparaît ensuite.

Rouleau de comptes de la chapellenie Saint-Michel (1340–1341), Cathédrale de Meaux, parchemin, ms., H. 1210 cm, L. 49 cm. Cote : 21 G 22

Retour au menu

Le document le plus ancien : IXe-Xe siècle

Fragments d'un manuscrit théologique

Ces deux pièces de parchemin sont des fragments découpés d’un manuscrit théologique du IXe ou Xe siècle Les extraits de texte qui ont pu être identifiés proviennent en majorité du Commentaire sur l’Évangile de Matthieu , livre IV, de saint Jérôme. Ces fragments ont été utilisés au XVIe siècle pour la reliure d’un terrier de la commanderie de Chevry. Ce remploi de parchemins anciens dans des reliures postérieures est très fréquent et c’est par ce moyen que des documents très anciens nous sont parvenus.

Retour au menu

Fragments d’un manuscrit théologique, parchemin, ms., 38 x 5 cm et 37,5 x 5 cm. Cote : J 262

Le livre le plus grand : 55 x 36 cm

Monographie du palais de Fontainebleau

Cet ouvrage permet de découvrir l’architecture et la décoration du palais de Fontainebleau depuis la Renaissance jusqu’à Louis XVI. Les trois volumes comptent environ 300 planches de dessins architecturaux d’une grande qualité esthétique permettant d’examiner les moindres détails des moulures et des sculptures. Elles ont été dessinées et gravées par Rodolphe Pfnor (1824-1909). D’origine allemande, il fut élève de Rauch à Berlin et de Visconti à Paris.

Dans le troisième volume de la seconde édition, les planches de Rodolphe Pfnor sont accompagnées d'un texte historique et descriptif de Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867), conservateur de la bibliothèque du Palais de Fontainebleau.

Les Archives départementales de Seine-et-Marne conservent la 2e édition (1902) des deux premiers volumes et l’édition originale (1885) du troisième volume.

Monographie du palais de Fontainebleau, dessinée et gravée par M. Rodolphe Pfnor, 2e éd., Paris : Librairies-imprimeries réunies (Anciennes maisons A. Morel, Paris), 1902 ; 1re éd., Paris : C. Claesen, 1885,. - 3 vol. (époque de la Renaissance française, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI). Cote : F°41/1-2 et F°358

Retour au menu

Le livre le plus lourd : 9 kg et 30 g pour 44 x 30 cm

Palais de Fontainebleau

Écrit par Jacques-Joseph Champollion-Figeac, conservateur de la bibliothèque du Palais de Fontainebleau de 1849 à 1867, cet ouvrage retrace en 23 chapitres l’histoire de la résidence royale puis impériale durant neuf siècles. Y figurent également des listes de dépenses concernant l’achat de mobilier, les gages des officiers, des dépenses de travaux de pavage, serrurerie, vitrerie, etc. Le second volume contient 32 planches gravées représentant des éléments d’architecture.

Palais de Fontainebleau, ses origines, son histoire artistique et politique, son état actuel, par Jacques-Joseph Champollion-Figeac, publié d’après les ordres de l’Empereur, Imprimerie Impériale, 1866, 2 vol., 698 p., XXXII pl. gravées. Cote : F° 112/1-2

Retour au menu

Le livre le plus petit : 11 cm x 8 cm

Livre de prière aux agonisants

Cet ouvrage présente les statuts canoniques et prières recueillis lors de la création de la Confrérie des agonisants des Religieux Trinitaires de la Ville de Meaux en 1698. Fait rare, ils sont approuvés par Jacques-Bénigne Bossuet, alors évêque du diocèse de Meaux. Le livre est imprimé à Paris chez Pierre de Launay, rue Saint-Jacques, à l’Enseigne de la Ville de Rome, proche la Fontaine Saint-Séverin.

Une page de garde indique que l’on ne connaît que deux exemplaires de cet ouvrage revêtu de l’approbation de l’évêque de Meaux : l'un aux Archives départementales de Seine-et-Marne, l’autre dans la bibliothèque du séminaire de Meaux.

La Confrérie des Agonisans, Erigée dans l’Eglise des Religieux Trinitaires de la Ville de Meaux, sous le titre de la Croix, & sous l’Invocation de Nôtre-Dame de Pitié. Par l’authorité de Monseigneur l’Illustrissime & Reverendissime Jacques Benigne Bossuet Evêque de Meaux, M. DC. XCVIII. [1698] Avec Permission & Approbation [sic], 179 p., hors texte frontispice par P. Landry. Cote : 16°793

Retour au menu

Le livre le plus ancien : 1522

Une bible en latin

Le libraire lyonnais Étienne Gueynard (1460?-1530?) a fait imprimer plusieurs bibles en latin. On en recense 5 éditions datées de 1512, 1516, 1520, 1522 et 1526. L'exemplaire conservé aux Archives départementales correspond à l'édition de 1522 et a été réalisé par l'imprimeur Jean Moylin (14..-1541).

Elle est imprimée en caractères gothiques, en rouge et noir avec le texte sur 2 colonnes et de jolies vignettes illustrées. Elle dispose de quelques annotations dans les marges, de plusieurs commentaires et d'une vignette ex-libris C. de Voulges.

Une des particularités de l'exemplaire est que l'on peut identifier un de ses possesseurs. Au XIXe siècle, cette bible a appartenu à Jean-Claude Pernet, né le 19 novembre 1804 et décédé le 28 janvier 1876. Il a écrit son nom à l'intérieur de la couverture. Jean-Claude Pernet fut curé à Souppes (doyenné de Château-Landon) de 1845 à 1876.

Biblia cum concordantiis veteris & novi testamenti & sacrorum canonum Venundantur Lugduni: a Stephano Guenar alias Pinet: impressum per Johannem Moylin alias de Cambray, (24 mars 1522). Gravures par Guillaume Leroy. Imprimé sur 2 col., caractères gothiques., impr. en rouge et noir. Cote : 8°590

Retour au menu