imprimer (nouvelle fenêtre)

LA ROCHEFOUCAULD (Alexandre François de)

1800 « Le premier préfet du département »

Alexandre François de La Rochefoucauld
(26/08/1767 Paris St-Sulpice-02/03/1841 Paris 10°)

Fils de François Alexandre Frédéric duc de La Rochefoucauld et d’Estissac (1747-1827) duc de Liancourt, philanthrope anglophile.

Visite les établissements agricoles et industriels de Suisse (1786), lié aux physiocrates, à Arthur Young membre de la société royale d'Agriculture (1783) ;

Brigadier de dragons (05/12/1781) ; maréchal de camp (09/03/1788), inspecteur divisionnaire des troupes à cheval dans la 2° division d’Alsace (01/04/1788) ;

Député de la noblesse de Clermont-en-Beauvaisis (13/03/1789) aux États Généraux, siège au centre, monarchiste constitutionnel et libéral En réponse à la question du roi Louis XVI : « C’est une révolte ?», on lui attribue la formule « Non, Sire, c’est une Révolution » ;

Président de l’Assemblée (15/07-08/1789) ; membre du comité des recherches (30/07-03/09/1789), fait créer et préside le comité de mendicité (21/01/1790) ;

Premier acquéreur de biens nationaux du Beauvaisis, gère ses domaines ;

Employé dans la 15° division militaire (10/1791) qu’il commande ensuite ; lieutenant général (13/03/1792), démissionne (14/08) ;

Émigre en Angleterre puis aux États-Unis, Philadelphie (1794-1796), qu’il parcourt en observant attentivement l’évolution du pays, ses ressources économiques, les mœurs de ses habitants remontant jusqu’aux Indiens du Haut Canada, les différentes classes de sa société (Auteur de Voyage dans les Etats-Unis d’Amérique, fait en 1795, 1796 et 1797, Paris : Du Pont, Buisson, Pougens, an VII, 8 vol. in 8° : L’un des plus important travail de description par un étranger, relation écrite dans un style précis et simple, émaillée d’observations importantes) ; participe à la colonie agricole d'Asylum ; rejoint son fils à Altona (1797) ;

Rentre en l’an VII, se retire à Liancourt où il reconstitue ses domaines et ses filatures de coton, avec des machines anglaises ;

Président fondateur du premier comité de vaccine (1800) ; correspondant de 1° classe de l'Institut (1805) ; membre associé (1805) de la Société d'Agriculture ; membre de la Société pour l'extinction de la petite vérole en France par la propagation de la vaccine (1805); membre du conseil des Fabriques (1810) ;

Pair de France (04/06/1814) siège à gauche; représentant de l’arrondissement de Clermont à la Chambre des Cent-Jours; duc-pair héréditaire (31/08/1817) ; membre du Conseil des hospices (1816), du conseil général des manufactures, du conseil d’agriculture, du conseil général des prisons (-1823); fondateur de la première caisse d’épargne (1818) et de la première école d’enseignement mutuel; président de la Société de la morale chrétienne, du conseil de perfectionnement du Conservatoire des Arts et Métiers (1817-1823), inspecteur général des écoles d'arts et métiers (-1823 révoqué) ; membre de l’Académie des sciences et de la commission chargée de remplacer le comité de vaccine ;

Chevalier de Saint-Louis (09/06/1781) ; Légion d'Honneur (08/01/1810), commandeur de l’ordre du Saint-Esprit ; inventaire après décès XLVI, 816, 07/04/1827 et 837, 22/07/1829 liquidation de succession ;

Préfet de Seine-et-Marne (03/03-02/12/1800), amène avec lui C. Lanson, qu'il nomme aux archives ;

Chargé d’affaires à Dresde (17/01/1801), ministre plénipotentiaire (16/10/1801) auprès de l’électeur de Saxe ;

Ambassadeur à Vienne (1804), en Hollande (1808-05/1810); comte de l'Empire (28/01/1809), pair de France (02/06/1815, 19/11/1831-1841) ;

Maire (1814-1819) d'Emerainville ; député (Oise) (09/05/1822-1824, 21/04/1828-07/1831) royaliste constitutionnel ; duc d’Estissac ; Légion d'Honneur (commandant 1804) ; habite 31 rue de Babylone 1815 ; inhumé au Père Lachaise, 14° division, 2° ligne, N 26.

Voir aussi

Sur ce site