imprimer (nouvelle fenêtre)

7 décembre 1944 : Les fusillés d’Arbonne-la-Forêt

La date

Au début de juillet 1944, l’aviation alliée bombarde en masse les voies de communication seine-et-marnaises. Les réseaux de résistance et les maquis sont passés à l’action, multipliant les sabotages et les attentats qui entretiennent un climat d’insécurité et de tension. La Gestapo, les Feldgendarmes et la Milice répriment sévèrement ce qu’ils appellent les "actes terroristes". Résistants et maquisards sont abattus sur le champ ou emprisonnés, pour être interrogés et torturés. Otages, résistants et maquisards sont internés dans la prison de Fontainebleau, rue du sergent Perrier, et dans son annexe, la caserne Damesne.

Le 21 juillet 1944, dans la cour de la prison, 22 détenus, mains liées dans le dos, reçoivent l’ordre de monter dans un camion. Ils sont dirigés vers une destination inconnue et le camion revient vide. Dans l’après-midi du 17 août, le même scénario se reproduit avec 17 autres prisonniers.

Le 7 décembre 1944, des soldats américains découvrent des corps en creusant le sol. Les autorités sont alertées. Trente-neuf cadavres sont découverts : le nombre des détenus disparus de la prison de Fontainebleau. Le 14 décembre 1944, des funérailles nationales se déroulent à Fontainebleau. La plupart des corps des victimes ont été rendus à leurs familles. Quelques dépouilles sont inhumées dans le grand carré militaire de Fontainebleau.

Voir aussi

Sur ce site