imprimer (nouvelle fenêtre)

24 juillet 1944 : fusillade des Oblats de la Brosse-Montceaux

La date

Dès 1941, des Oblats du scolasticat de La Brosse-Montceaux sont engagés dans la Résistance. Des journaux résistants circulent et des faux papiers sont fabriqués au séminaire. En juillet 1944, des opérations de parachutages d’armes et de munitions se déroulent à proximité. Les armes sont cachées et acheminées grâce à la complicité des Oblats. Seuls quelques religieux, parmi lesquels le père Pierre Letourneur, économe, et le père Henri Du Halgouet, ont des contacts avec les réseaux de résistants.

Le matin du 24 juillet 1944, la propriété est investie par des soldats de la Wehrmacht sous la direction de Wilhelm Korf, un SS, ancien professeur de géographie, appartenant à la Gestapo de Melun. Les Allemands recherchent les caches d’armes et de munitions, et traquent les pères Letourneur et Du Halgouet, dénoncés comme résistants. Ils sont absents de la propriété. Les interrogatoires se succèdent et les méthodes deviennent de plus en plus brutales. Cinq Oblats, les frères Jean Cuny, Lucien Perrier, Joachim Nio et les pères Albert Piat et Jean Gil sont torturés.

Malgré les brutalités et les tortures, les Oblats ne parlent pas. Ils sont abattus à la mitraillette et leurs corps sont jetés dans le puits. Les 85 religieux de la communauté assistent au drame et sont ensuite internés à la caserne Damesme à Fontainebleau pour, quatre jours plus tard, être transférés à Compiègne-Royallieu, un camp de transit avant la déportation en Allemagne. Ils y restent pendant un mois. Ils sont ensuite abandonnés par leurs gardiens allemands qui fuient devant l’avance alliée.

Documents en référence

  • THOSAC J., Missionnaires et gestapo, Les Trois Nefs, Paris, 1945, 64 p.
    Cote : AZ4533
  • Articles de journaux sur les oblats martyrs de la Résistance édités entre 1960 et 1993.
    Cote : 150J166

Voir aussi

Sur ce site

Commémorations